Montier Festival Photo - Concours 2016 - Autres animaux sauvages de pleine nature

Biographie

456_portrait-d-tatin-nb.jpg -

David TATIN

  France

  http://www.davidtatin.com

  Dans la nature sauvage, comme dans les sites qui ne semblent qu’urbains, les photographies de David Tatin questionnent notre rapport au vivant, au territoire, et aux traces laissées par l’Homme. Il aime arpenter les marges et les zones de frottement, marcher et s’imprégner des espaces qu'il parcourt. Ses séries personnelles sont régulièrement publiées et exposées, en particulier depuis qu'il a décidé, en 2013, de se consacrer entièrement à la photographie. Utilisant aussi bien les procédés anciens que le numérique, il réalise également des travaux de commande pour les parcs naturels régionaux, et encadre des stages pour l’association Orbisterre. Formé dans différentes structures, dont le parcours certifiant de la formation continue de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles, il est également titulaire d’un master de biologie.

Exposition

J'arpente les montagnes des Alpes du Sud, depuis que je suis adolescent. A cette époque, je marchais, avec en tête les images des pionniers comme Ansel Adams. Mais surtout, j’y relie des lectures qui ont été fondamentales dans la perception que j’ai de la nature, pour devenir ensuite un choix de vie. Thoreau, Abbey, des défenseurs d’une nature non domestiquée, eux-mêmes un peu rustres comme celle-ci peut l’être, et sans concession. Abbey dit notamment, dans Désert solitaire : « Je ne suis pas ici seulement pour échapper un temps au tumulte, à la crasse et au chaos de la machine culturelle, mais aussi pour me confronter de manière aussi immédiate et directe que possible au noyau nu de l’existence, à l’élémentaire et au fondamental, au socle de pierre qui nous soutient. » C’est sans aucun doute cela qui m’a amené à réaliser cette série de photographies. Une envie de rusticité dans le procédé comme dans le rendu. La volonté de ne pas tout maîtriser. Et le temps : le temps de monter là-haut, celui de faire l’image, puis de la développer, un peu comme si je laissais au paysage le temps de s’exprimer. Il y beaucoup de choses artisanales dans le procédé que j’utilise : le sténopé est de fabrication maison, je n’ai pas de négatif (papier positif direct) et je développe dans un révélateur au café, lui aussi fabriqué par mes soins. Pourquoi ce processus, qui peut paraître fastidieux ? Parce que je trouve qu’il rend hommage aux montagnes que je parcours, des Alpes aux Pyrénées, tant dans la façon d’obtenir les images que dans le rendu photographique. Des tons chauds intemporels, car la montagne est un des seuls paysages qui ne change pas, ou peu, à l’échelle d’une vie humaine. Et une image imparfaite dans laquelle il importe peu de savoir de quel sommet il s’agit, mais plutôt de se sentir suspendu à cet horizon.

Livres

La montagne, ça se gagne

La montagne, ça se gagne

  Auteur : David Tatin
⋅⋅⋅⋅
  Éditeur : Chasseur d'images n°382
Infusions animales

Infusions animales

  Auteur : David Tatin
⋅⋅⋅⋅
  Éditeur : La Salamandre n°228
L'animal-montagne

L'animal-montagne

  Auteur : David Tatin
⋅⋅⋅⋅
  Éditeur : David Tatin
Mes pierres de passage

Mes pierres de passage

  Auteur : David Tatin
⋅⋅⋅⋅
  Éditeur : David Tatin
Heureux qui comme Ulysse

Heureux qui comme Ulysse

  Auteur : David Tatin / Marc Dumas
⋅⋅⋅⋅
  Éditeur : Orbisterre
Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×