[:fr]Montier Festival Photo - Concours 2016 - Autres animaux sauvages de pleine nature[:]

Biographie

Montier Photo Festival

Solange TABARY

  

Après une enfance partagée entre les Cévennes et la Lozère, j’entreprends des études d’Art et d’Industrie Graphique à Grenoble puis à l’Ecole Estienne à Paris. Je poursuis mon cursus dans le domaine de l’information à Bordeaux.

Passionnée de photographie et enthousiasmée par la découverte, je voyage régulièrement.

En 1994, mon conjoint, mes enfants et moi partons vivre en Chine.

Expatriée pendant six ans dans l’Empire du Milieu, j’ai souvent voyagé seule dans les différentes régions de ce pays. J’en ai rapporté de nombreux clichés que j’ai  présentés à Pékin en novembre 1999, aux côtés de l’Ambassadeur de France en Chine, M. Pierre MOREL.

 En 2003, nous rentrons en France.

Je fais alors beaucoup de montagne. Je rentre de mes balades avec quantité de photos. Parmi celles-ci, on retrouve notamment les arbres qui ont retenu mon attention, qui m’ont « parlé ».

A la retraite depuis peu, je consacre une grande partie de mon temps libre à la valorisation et à l’exposition des clichés pris pendant mes différentes périodes de vie.

Exposition

 

Après un voyage, une balade en montagne ou en ville vous vous êtes allongé sur votre lit, enfoncé dans votre canapé et avez essayé de revivre les moments forts de ce périple, de vous replonger dans son atmosphère spécifique. Vous avez essayé de retenir les images des bâtiments, des montagnes, des gens ou des animaux que vous avez vus, des arbres que vous avez aimés, mais déjà beaucoup de détails se sont estompés. Seule la douceur, la chaleur ou la rudesse reste.

Cette exposition permet de vous présenter les arbres, les paysages que j’ai aimés. Ceux de l’Aubrac, du Vercors, des Alpes, de Provence, de Camargue, de Chine, du Maroc, ceux qui sont restés en moi, dans ma mémoire, très estompés par le temps mais également magnifiés.

L’arbre, par son caractère, son essence, sa taille, son feuillage, nous parle aussi de la région dans laquelle il est enraciné, du climat, de ses rudesses, des vents qui le caressent ou le font plier. Il nous donne à voir la vie des hommes.

L’arbre me fascine, il sera toujours présent quand nous ne serons plus.

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×