Montier Festival Photo - Concours 2016 - Autres animaux sauvages de pleine nature

Biographie

462__rec5105.jpg -

Laurent BALLESTA

  France

  Invités - Parrains

  

Laurent Ballesta est photographe naturaliste. Il a publié des portfolios dans des magazines majeurs de la presse Française et Internationale (Science, National Geographic, GQ, Paris-Match, Figaro Magazine, VSD, ÇA m’intéresse, Daily Mail, Stern, View, Corriere Magazine, Terres Sauvages, Sciences & Vie, etc.) et en août 2009, il a célébré sa 100e page dans Paris Match. Aujourd’hui, il en compte environ 150, un record pour la photographie sous-marine dans un magazine général et populaire.

En 2006, Le Sénat de la République Française rend hommage à son travail par une exposition photographique publique intitulée « Planète Mers ». Il est le plus jeune photographe à avoir été exposé sur les grilles du Jardin du Luxembourg à Paris. Vingt expositions autour du monde suivront.

En 2007, il prend la photographie la plus profonde jamais faite par un plongeur à - 190 m/625 ft de fond, au large de Nice. Fort de son savoir-faire en plongée profonde, il réalise en mai 2009, une expédition confidentielle en Afrique du Sud, pour réaliser un vieux rêve : plonger avec Gombessa (le nom local du coelacanthe) et ramener la toute première photo du fossile vivant, prise par un plongeur à - 120 m de profondeur. Cette mission conduira à la première « Expedition GOMBESSA », 5 ans plus tard, pour effectuer les premiers protocoles scientifiques sur un specimen de cœlacanthe vivant, à - 120 m/ 395 ft.

En janvier 2014, Laurent publie "Gombessa, rencontre avec le coelacanthe", le seul recueil photographique sur le coelacanthe. Il y présente ses meilleures images, celles du poisson mythique et de son environnement; et raconte l’histoire de cette aventure qui a duré 3 ans. Un an plus tard, la version anglaise du livre est publiée avec une préface de David Doubilet.

Laurent est l'auteur de 12 autres ouvrages photographiques, dont "Planète Mers", co-écrit avec Pierre Descamp son associé et ami, "Adélie Terre & Mer", un regard sur l'envers de la banquise Antarctique, fruit de son association avec le photographe Vincent Munier, et "700 Requins dans la nuit" son dernier ouvrage, résultat de quatre années de plongée, dans la passe Sud de Fakarava en Polynésie Française.

Egalement explorateur et biologiste, il a dirigé 4 expéditions GOMBESSA : l’étude du coelacanthe en Afrique du Sud, la reproduction des mérous dans la passe sud de Fakarava Polynésie Française, les chasses nocturnes des requins gris, dans cette même passe, et l’exploration des écosystèmes profonds en Antarctique. Chaque nouvelle mission s’inscrit dans la lignée des précédentes, et renforce un peu plus les 3 piliers des expéditions GOMBESSSA : un mystère scientifique, un défi de plongée et surtout, la promesse d’images animalières inédites.

Exposition

Ils sont 700, disent les scientifiques... mais pour Laurent Ballesta ils sont partout. Les requins bouchent l’horizon étroit du faisceau de ses lampes, butent contre ses appareils photo, se frayent en force un passage entre ses palmes. Dans cette horde, où chacun s’acharne à survivre, règne l’énergie des affamés. Lorsqu’une proie est débusquée, une meute se forme et le chaos prend sens. De folles chorégraphies s’organisent et finissent en pluie d’écailles. Dire qu’ils sont impitoyables ferait sourire. Ils sont les prédateurs du fond des âges. Quatre années d’un travail photographique réalisé sous le signe de la lune ont été nécessaires pour composer ce recueil exceptionnel. Un ouvrage sur le long terme pour que Laurent Ballesta apprivoise sa propre peur, se fasse accepter peut-être, et accède enfin au cœur de cette meute cachée à Fakarava, un atoll préservé de Polynésie Française. Les images qu’il en rapporte sont stupéfiantes de vie, de mort, d’innocence et de violence. Qu’un tel morceau de nature sauvage puisse encore exister nous rassure, nous effraie et nous éblouit. Ce prodige de vie animale sort enfin de l’ombre. Ce livre révèle que se répète à l’infini, au bout du monde, au bout de la nuit et loin du cirque des hommes, le plus éclatant des ballets.

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×