Montier Festival Photo - Concours

Composition du jury 2017

Jury 2017 - Festival Photo © Pascal Bourguignon

Le jury est composé de :

  • Laurent BAHEUX – Photographe et président du jury,
  • Karen KORTE – Directrice générale du GDT,
  • Fabien BRUGGMANN – Photographe naturaliste,
  • Franck SEGUIN – Directeur général de Chasseurs de nuits,
  • Guy-Michel COGNE – Directeur de Chasseur d’Images et Nat’Images

Le mot du jury

Record historique

Le jury de l’édition 2017, composé de Karen Korte, Fabien Bruggmann, Franck Seguin, Guy-Michel Cogné et Laurent Baheux, a eu l’honneur et le privilège de se voir confier la lourde responsabilité d’établir le palmarès du concours photo Nature AFPAN « l’Or Vert », dans le cadre du 21ème Festival International de la Photographie Animalière et de Nature, à Montier en Der.

Les cinq membres de notre jury ont tous l’habitude de voir et/ou de faire de nombreuses images. Néanmoins, avec un record historique de 11 512 photos envoyées par 1576 candidats sur la ligne de départ, notre mission n’a pas été des plus simples. Il est à souligner, d’autant plus, que ce record de participation ne s’est pas fait au détriment de la qualité des travaux proposés, bien au contraire ! Y compris chez les moins de 16 ans, particulièrement brillants cette année.

La difficulté de la tâche a eu pour conséquence de renforcer notre implication et notre volonté à donner le meilleur de nous-mêmes, épaulés en cela par un comité technique définitivement très à la hauteur de l’enjeu. Au final, nous espérons vous donner à découvrir une sélection rivalisant avec le niveau de qualité observé durant les trois jours d’intense visionnage.

Persistances rétiniennes

La Nature a ceci de magique : son spectacle n’a de cesse de se renouveler. Pour le plus grand bonheur d’un jury, pourtant expérimenté. Merci pour l’émerveillement suscité par votre travail ! Certaines images resteront longtemps gravées dans notre mémoire visuelle, telles des persistances rétiniennes. Beauté, poésie, graphisme, authenticité, équilibre et originalité furent, sans surprise, les critères régulièrement évoqués au plus fort de nos débats qui se sont déroulés sans la moindre tension… Passée l’épreuve crève-coeur des éliminations forcées de très bonnes images sacrifiées sur l’autel de la subjectivité, notre choix définitif a fini par faire l’unanimité, avec une facilité quand même toute relative, pour chacune des catégories.

Nous assumons et revendiquons donc pleinement, avec une certaine fierté, le palmarès audacieux et instinctif qu’ensemble nous venons de “commettre”. Nous espérons de tout coeur qu’il saura vous séduire. Comme vous pourrez le découvrir lors du Festival en novembre, il n’est toutefois que le résultat d’un parti-pris inévitable. Comme l’est le regard du photographe qui choisit son angle, son cadrage, sa vitesse d’obturation… Nous savons d’avance, par expérience, que notre jugement ne comblera qu’une poignée d’heureux. Faisant, de ce fait, de nombreux déçus, parmi les non-lauréats.

Nous souhaitons pourtant que ces derniers aient, avant tout, le recul nécessaire, pour ne se sentir ni amers ni découragés par la concurrence. Qu’ils n’accueillent pas cette absence de récompense comme une sanction. Qu’ils remettent leur ouvrage sur le métier et qu’ils repartent, dès à présent, vers leurs terrains de prédilection, “à la chasse” aux images, sur cette planète aux merveilles. Qu’ils poursuivent leur quête avec conviction. Confiants en leur capacité à nous émouvoir et nous surprendre lors de leur prochaine participation à la compétition.

Militantisme contre extinction

La bonne nouvelle, c’est donc cette prolifération d’images concourantes : force est de constater que le photographe de Nature n’est pas en voie de disparition. Alors que la sixième extinction massive engendrée par l’espèce humaine se poursuit au détriment des autres espèces animales peuplant la planète – 50% des animaux sauvages ayant été tués au cours des 40 dernières années – vos instantanés montrant l’incroyable diversité du vivant n’ont donc jamais été aussi nombreux.

Paradoxalement, malgré ce nombre, ils ne nous ont également jamais paru aussi précieux qu’aujourd’hui. Parce que vos arrêts sur images s’appréhendent, comme autant de témoignages d’une valeur inestimable. Vos clichés sonnent comme de magnifiques déclarations d’amour à une vie sauvage toujours fortement menacée ; s’en dégage une invitation sans cesse renouvelée à la préservation de ce monde.
Amis photographes, nous vous encourageons, corps et âme, à assumer une pratique militante, à donner du sens à une passion qui s’exprime au travers d’images symbolisant votre engagement, votre éthique responsable et votre respect pour la vie sur terre, sous toutes ces formes.

Photographes de Nature, votre rôle est devenu essentiel : vous êtes les ambassadeurs de milliers d’êtres vivants, à qui notre société ne daigne consentir qu’une valeur résiduelle, confinant l’animal au statut, peu enviable, de meuble ou de marchandise.

À l’heure où, même les espèces et les espaces « protégés » se retrouvent trop souvent en danger, il vous appartient d’être de précieux porte-paroles pour tous les “sans-voix”, tous ces autres colocataires représentant la majorité silencieuse qui subit les conséquences de notre expansion irraisonnée.

Il est urgent de redevenir une espèce parmi tant d’autres. Par obligation, par humilité. De fait, votre position privilégiée, au contact des éléments, doit vous inciter à porter ce message. Sensibiliser à la beauté et à l’extrême fragilité des équilibres naturels, pour endiguer l’égoïsme ambiant qui a tendance à se généraliser. Pour que cette planète, telle que nous l’avons toujours connue, ne devienne jamais un monde « sans-vie ».

Jury du Concours Photo Montier 2017

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly.Update my browser now

×